Calcédoine bleue : pierre d'apaisement et de communication


Étymologie : le nom de la calcédoine vient de la ville antique de Khalkedon sur le Bosphore en Turquie


Origine : Brésil, Inde, Madagascar, Uruguay

Chakras associés : gorge, front


Au niveau physique, la calcédoine permet de calmer les douleurs du larynx. Elle permet la détente des cordes vocales tout en allégeant les tensions de la gorge. La calcédoine estompe les enrouements et aide pour les bégaiements. Elle est précieuse également pour les glandes hormonales et la thyroïde en particulier. Elle régule les troubles hormonaux comme les bouffées de chaleur.


Au niveau émotionnel et mental, la calcédoine est une pierre qui permet d’apporter la douceur et le calme, c’est une pierre très paisible. La pierre calcédoine permet d’atténuer la tristesse ; elle est recommandée pour les personnes pouvant connaître des excès d’agressivité, d’irritabilité. Elle facilite en ce sens les personnes timides en favorisant leur capacité d’expression.

Nettoyage : eau

Recharge : soleil


Légendes et traditions : Chez les romains, la pierre calcédoine s’illustrait au quotidien et était portée pour ses croyances : l’apport de la parole et de l’éloquence. Le romain et orateur Cicéron en aurait porté une lors de chacune de ses interventions. Les romains utilisaient également la calcédoine pour faire des offrandes, des bracelets, des colliers, des broches et des bagues. De leur côté, les égyptiens ont également laissé de beaux objets confectionnés dans cette pierre naturelle.


Bien plus tard au moyen-âge, Hildegarde de Bingen recommandait la pierre calcédoine bleue pour ses vertus qui calmaient la susceptibilité, l’énervement et les tendances colériques. Déjà à cette époque, les colères étaient considérées comme source de maladie à terme et en ce sens, la pierre calcédoine écartait les maladies liées à ces causes potentielles. L’abbesse répandait le message suivant : « Si une personne porte sur elle une calcédoine, il faut qu’elle le fasse de sorte que la pierre soit en contact avec la peau, si possible le trajet d’une veine ».